I am Looking for my Positive Planet is a web generator of random text designed by the artist Guillaume Adjutor Provost and whose lexicon is based on the invented language of the composer Claude Vivier (1948-83). In the present case, floating words come from the libretto Kopernikus – Ritual of Death, an opera commissioned by the Montreal School of the Atelier de jeu scénique of the University of Montreal in 1980. By subtracting the semantic imperatives of language to get closer to a singular experience of the world, Vivier's experiments reflect his own life: his childhood in an orphanage, the negotiation of his homosexuality, the prophetic writings that preceded his assassination in 1983. Outside of traditional language structures, this random and virtual composition presents itself as an alternative platform to explore the symbolic qualities of the langue inventée. Moreover, we recognize in Claude Vivier's propositions the interplay between order and chaos, between creation and annihilation. The web project also takes into account the cosmological attitude that crosses the work of Vivier and that translates into the title "je cherche ma planète positive" (I am looking for my positive planet), this last statement being taken from the linguistic and science fiction novel l'Euguélionne (1976) written by Louky Bersianik, considered one of the founding texts of feminist literature in Quebec.

I am Looking for my Positive Planet est un générateur web de texte aléatoire conçu par l'artiste Guillaume Adjutor Provost et dont le lexique déployé est issu du langage inventé par le compositeur Claude Vivier (1948-83). Dans le cas présent, les mots flottants proviennent du libretto de Kopernikus – Rituel de mort, opéra qui fut commandé par l'Atelier de jeu scénique de l'Université de Montréal en 1980. En soustrayant les impératifs sémantiques du langage pour se rapprocher d'une singulière expérience du monde, les expérimentations de Vivier reflètent son parcours de vie : son enfance en orphelinat, la négociation de son homosexualité, les écrits prophétiques qui ont précédés son assassinat en 1983. En dehors des structures langagières traditionnelles, la composition aléatoire et virtuelle se présente comme une plateforme alternative afin d'explorer la charge symbolique qui accompagne cette langue inventée. Davantage, nous reconnaitrons dans les propositions de Claude Vivier le jeu qui s'opère entre ordre et chaos, entre création et annihilation. Le projet web prend également en considération l'attitude cosmologique qui traverse l'œuvre de Vivier et qui se traduit par le titre "je cherche ma planète positive", ce dernier énoncé étant tiré du roman de science-fiction langagière l'Euguélionne (1976) de Louky Bersianik, considéré comme un des textes fondateurs de la littérature féministe au Québec.



Sources :
Bersianik, L. (1976/2012). L'Euguélionne. Montréal : Éditions TYPO.
Christian, B. (2014). Automatic writing and Grammelot in Claude Vivier's Langue Inventée. Tempo 68 (270), Cambridge University Press, 15-30.
Vivier, C. (1981, juillet). Kopernikus. Le journal homosexuel le Berdache.
Vivier, C. (1991). Les écrits de Claude Vivier. Circuit, 2(1-2). Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal.
Claude Vivier explication

i

am

looking

for

my

positive

planet

.
.
.